Que devient la valeur Égalité ?

Image : devise révolutionnaire sous la Terreur
© http://www.lepassepresent.com

Version pdf de l’article

D’après une exposé fait en juillet 2015

Liberté – Égalité – Fraternité, c’est la devise de la République française. Elle est apparue en 1790 dans un discours de Robespierre sur l’organisation de la Garde nationale de la Révolution française. Chacun des deux premiers mots correspond à une caractéristique de la société idéale que la République souhaite. Le 3e désigne plutôt une attitude dans les rapports humains et sociaux. On peut dire que la fraternité, bien comprise et réellement pratiquée, pousse chacun à agir dans le sens de l’égalité.

Mais je ne vais pas parler aujourd’hui de Fraternité. C’est un autre sujet, sur lequel il y aurait beaucoup à dire. Je me bornerai à parler d’Égalité, si je choisis une formulation optimiste, ou, dans le cas contraire, d’inégalité. Lire la suite « Que devient la valeur Égalité ? »

L’égalité, enfin !

Images : Adam Smith, David Ricardo, l’Égalité de la place de la République, Karl Marx, Thomas Piketty
© Wikipedia pour les 4 premières, École d’économie de Paris pour la cinquième

Version pdf de l’article

À propos du livre de Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle (version 2, complétée)

J’ai évoqué assez brièvement dans un autre article de ce blog, « Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants », le livre Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty (Seuil, Les livres du Nouveau Monde, septembre 2013). Il mérite qu’on en reparle. Lire la suite « L’égalité, enfin ! »

Note de lecture : « Le monde moderne et la question juive », Edgar Morin

Le monde moderne et la question juive, Edgar Morin, Seuil. Non conforme, 10-2006

Ce livre a été écrit après la conclusion de l’affaire déclenchée par un article signé d’Edgar Morin, Samir Naïr et Danièle Sallenave et intitulé Israël-Palestine : le cancer, publié dans le Monde du 04.06.2002.

E. Morin est judéo-gentil [1] : cette appartenance, qu’il revendique, et toute l’histoire de son engagement devraient le mettre à l’abri de toute accusation d’antisémitisme. Néanmoins, France-Israël et Avocats sans frontières ont poursuivi ces auteurs pour « apologie du terrorisme et antisémitisme » ! Déboutés et condamnés en première instance, ils ont obtenu une condamnation pour diffamation raciale en appel, qui a finalement été cassée le 12 juillet 2006 avec une condamnation à une amende des entités qui avaient attaqué. Lire la suite « Note de lecture : « Le monde moderne et la question juive », Edgar Morin »

Note de lecture : « Que s’est-il passé ? L’islam, l’Occident et la modernité », Bernard Lewis

Que s’est-il passé ? L’islam, l’Occident et la modernité, Bernard Lewis, Gallimard. Le débat, 2002

1      Résumé

Du VIIe au XVIIe siècle, les civilisations islamiques sont dominantes vis-à-vis des civilisations chrétiennes à la fois militairement, scientifiquement et culturellement ; elles sont aussi plus tolérantes vis-à-vis des autres religions (en tout cas celles du Livre) que ne l’est à l’époque la civilisation chrétienne. Cette tolérance, qui ne va pas jusqu’à l’égalité des droits mais se limite à l’octroi d’un statut, se traduit par des flux migratoires dans le sens Ouest è Est (Juifs venant d’Espagne, et surtout Grecs).

A l’inverse, l’Occident est hostile à l’installation permanente de commerçants musulmans en Europe. Il a vis-à-vis de l’islam, qui règne sur la Terre sainte, s’affirme comme détenteur d’une version plus achevée de la parole révélée que les Testaments et est un agresseur direct, beaucoup plus de réticences que vis-à-vis de la civilisation chinoise ou de la civilisation indienne. Lire la suite « Note de lecture : « Que s’est-il passé ? L’islam, l’Occident et la modernité », Bernard Lewis »

« Pour les musulmans » : article d’Edwy Plenel, sur Mediapart

Mosquée des Omeyyades, Damas

Photo : mosquée des Omeyyades, Damas
© Serge Ruscram, 2010

Il s’agit d’un article paru sur le site Mediapart le 18-08-2013 (accessible aux abonnés). Cet article est, à mes yeux essentiel, (même si je suis en désaccord avec certaines des positions qu’il exprime, mais il s’agit de détails par rapport au fond du message). Il est très proche de nombreuses choses dites sur ce blog : au-delà de références qu’il donne et auxquelles j’attache une importance particulière, comme le livre Le Rendez-vous des civilisations de Youssef Courbage et Emmanuel Todd (voir ma note de lecture), ou Edward Saïd (auquel je fais aussi référence à plusieurs reprises), auxquelles j’ajouterais volontiers Georges Corm (voir ma note de lecture sur son livre Orient- Occident : la fracture imaginaire), l’argument de l’article d’Edwy Plenel est très proche de celui de l’article Lumières, laïcité et occidentalocentrisme de ce blog.

Voici le texte de l’article, suivi de trois commentaires faits sur le site et de la réponse d’Edwy Plenel. Lire la suite « « Pour les musulmans » : article d’Edwy Plenel, sur Mediapart »

Note de lecture : « Traites négrières », Olivier Pétré-Grenouilleau, Folio Histoire, 2004

Traites négrières. Essai d’histoire globale, Olivier Pétré-Grenouilleau, Folio Histoire, 2004

Définitions

Esclave.

Appelons donc un chat un chat. Quelle que soit l’idéologie amenée à légitimer l’esclavage, un homme privé de liberté et réduit à n’être que la chose de son maître est bien un esclave, et ceux que, de nos jours, on appelle parfois esclaves domestiques ne vivent pas forcément Mieux que certains esclaves du passé. Dans une rubrique intitulée appeler esclave un esclave, Cooper [i] note très justement que, « si l’on regarde ce vieux terme ‘’occidental’’ – esclavage – d’après ce qu’il a signifié au cours de l’histoire européenne et américaine, sa pertinence vis-à-vis de l’Afrique devient évidente. Le mot esclave […] renvoie à […] l’étranger amené par force dans une société » (p. 515).

Lire la suite « Note de lecture : « Traites négrières », Olivier Pétré-Grenouilleau, Folio Histoire, 2004″