Quels sont vos intégristes favoris ?

Mosquée chiite, Damas
© Serge Ruscram, 2010

Version pdf de l’article

Préférez-vous les intégristes chiites, sunnites, catholiques, évangéliques, juifs ?
Vous avez le droit de choisir, comme tout le monde !

La conférence Genève II réunit, sous l’égide des Nations-Unies, le gouvernement syrien, des représentants de l’opposition syrienne, l’Arabie saoudite, etc… mais pas l’Iran.

Rappelons les alliances :

  • le pouvoir syrien, alaouite (les alaouites sont des chiites), est soutenu en particulier par l’Iran et le Hezbollah libanais, eux aussi chiites, qui lui fournissent des armes et des combattants ;
  • l’opposition syrienne est hétérogène ; elle inclut une tendance nationaliste et démocratique, qui est à l’origine du printemps arabe syrien, avec en particulier l’armée syrienne libre (ASL), où des militaires syriens qui ont déserté jouent un rôle important, et une tendance musulmane intégriste sunnite, avec des composantes djihadiste et salafiste, qui a progressivement pris le pas sur l’ASL ; tout ou partie de ces factions intégristes sont soutenues par des États sunnites, en particulier l’Arabie saoudite et le Qatar, qui, eux aussi, fournissent des armes et des combattants.

Rappelons que ces deux derniers États soutiennent aussi, et souvent arment des intégristes musulmans sunnites dans les pays qui ont vu le printemps arabe, en particulier les Frères musulmans, qui, de la Tunisie à l’Égypte, s’opposent aux couches sociales à composantes démocrates et laïques fortes qui ont chassé les dictateurs. Et l’Occident, lui, a préféré ne pas armer l’ASL syrienne, de peur que des armes ne passent aux mains d’intégristes.

On est donc dans une situation où le croissant chiite [1] aide le pouvoir syrien, et où les États sunnites du Golfe aident l’opposition intégriste. Et on invite l’Arabie saoudite à Genève II mais on exclut l’Iran. Et on le fait à un moment où l’élection le 14 juin 2013 d’Hassan Rouhani, le nouveau président iranien, considéré comme « conservateur modéré soutenu par les réformateurs [2] », paraît se traduire par un assouplissement, relatif mais réel, des positions de l’Iran sur la scène internationale, ne serait-ce que par la relance des négociations sur le nucléaire. Il est intéressant de rappeler ce que disent Yousef Courbage et Emmanuel Todd au sujet de l’Iran, dans Le rendez-vous des civilisations [3] (voir la note de lecture sur ce blog) :

Lorsqu’on l’applique à l’ensemble du Moyen-Orient, l’approche démographique met immédiatement en évidence l’absurdité ou la mauvaise foi des choix géopolitiques occidentaux, et spécifiquement américains. Les démocraties occidentales, censées appuyer la modernité démocratique, refusent de voir que le pôle principal de développement dans la région est désormais l’Iran. L’indice de fécondité de la République islamique, proche de 2 enfants par femme, contraste, non seulement avec les indices de l’Afghanistan, du Pakistan et de l’Irak, mais aussi d’une façon beaucoup plus inattendue, avec celui de la Turquie, dont l’européanité est pourtant en discussion à Paris, Berlin et Bruxelles (p. 93).

Si l‘anxiété des États-Unis face aux ambitions nucléaires iraniennes apparaît exagérée et de mauvaise foi, la légèreté manifestée par la démocratie américaine dans la gestion de l’allié pakistanais, puissance nucléaire réelle, peut apparaître franchement irresponsable (p. 110).

Le choix de l’Occident et des Nations-Unies à Genève est donc de consulter l’intégrisme sunnite et d’exclure l’intégrisme chiite. Et je suis loin d’être sûr, par exemple, que je préfèrerais être une femme saoudienne plutôt qu’une femme iranienne. Imaginer une conférence de paix sur la Syrie en s’appuyant sur les sunnites et en excluant les chiites paraît pour le moins irréaliste [4]. Tout laisse à penser que ce que l’Occident recherche est plus une alliance géostratégique avec les États du Golfe que la paix en Syrie.

Va-t-on, avec le même « raisonnement », s’appuyer sur le Hamas, sunnite, et exclure le Hezbollah, chiite, dans l’analyse du conflit israélo-palestinien ?

Et que penser de la politique française, quand François Hollande, en visite officielle en Arabie saoudite les 29 et 30 décembre 2013, obtient « un cadeau indirect à Paris : l’octroi, par l’Arabie saoudite, à l’armée libanaise, d’une aide de 3 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros), destinée à être convertie en achat de matériel français [5] » ? Le pétrole et les ventes d’armes n’ont pas d’odeur.

Ne faudrait-il pas une cuiller un peu plus longue pour souper avec les intégristes ?

© Serge Ruscram, 26-01-2014
Utilisation possible, sous réserve de mentionner l’auteur et l’URL du blog.


[1] On peut à grande maille définir ce croissant chiite comme constitué par l’Iran, l’Irak dont la majorité relative de la population et le gouvernement sont chiites, la Syrie dont les alaouites ne représentent qu’une faible minorité de la population mais dont le pouvoir est alaouite, le Hezbollah libanais.

[2] Source : Wikipédia.

[3] Seuil, La République des idées, 2007.

[4] On peut se reporter à ce sujet à l’émission de Stéphane Paoli 3d, le journal du 26-01-2014 sur France Inter, dont le sujet est « Syrie : la tectonique des plaques, et l’Usine de films amateurs », et en particulier à ce que dit Dominique David, directeur exécutif de l’Institut français des relations internationales (IFRI), rédacteur en chef de la revue Politique étrangère, au sujet de la non-participation de l’Iran à Genève II (écouter à 47 mn 00)

[5] Source : « En Arabie saoudite, François Hollande obtient une aide pour l’armée libanaise », Le Monde, 30-12-2013.

L’égalité, enfin !

Images : Adam Smith, David Ricardo, l’Égalité de la place de la République, Karl Marx, Thomas Piketty
© Wikipedia pour les 4 premières, École d’économie de Paris pour la cinquième

Version pdf de l’article

À propos du livre de Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle (version 2, complétée)

J’ai évoqué assez brièvement dans un autre article de ce blog, « Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants », le livre Le Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty (Seuil, Les livres du Nouveau Monde, septembre 2013). Il mérite qu’on en reparle. Lire la suite « L’égalité, enfin ! »

Note de lecture : « Le Rendez-vous des civilisations », Youssef Courbage et Emmanuel Todd

Photo : Samarcande vue d’un des minaret du Registan
© Serge Ruscram, août 2008

Le Rendez-vous des civilisations, Youssef Courbage et Emmanuel Todd, Seuil, La République des idées, 2007

Définitions et vocabulaire

Le fait religieux existe indépendamment des particularités de chaque croyance. À un niveau psychologique et social profond, le christianisme, le bouddhisme, l’hindouisme, l’islam et les cultes animistes sont la même chose : une interprétation du monde qui donne un sens à la vie et permet aux hommes de fonctionner correctement dans la société où ils naissent. La nature détaillée de la croyance, le style de la divinité, le type de statut métaphysique envisagé, le code moral et les interdits ne peuvent être examinés que dans un deuxième moment de la réflexion. D’abord, il y a le fait de croire, n’importe quoi au-delà du visible et du démontrable, commun à toutes les religions. Commun à toutes les religions est aussi le lien social établi et maintenu par la croyance partagée. Car le paradoxe fondamental de la religion est qu’elle est toujours simultanément individuelle et collective : elle définit un lien entre l’individu et un au-delà métaphysique, mais l’homme isolé est en général incapable de croire en une quelconque transcendance (p. 20-21).

La démographie n’arrive pas toujours à cacher derrière ses instruments mathématiques que son double sujet est également celui de la religion : la vie et la mort (p. 136).

Lire la suite « Note de lecture : « Le Rendez-vous des civilisations », Youssef Courbage et Emmanuel Todd »